Les causes du reflux gastro-œsophagien

Les causes du reflux gastro-œsophagien

Chez l’être humain le reflux est physiologique. En effet la valve qui sépare l’œsophage de l’estomac et qui doit normalement empêché la remonté de liquide gastrique n’est pas très efficace et peut être perturbé par divers facteurs que nous allons explorer.  Parfois le reflux devient pathologique ce qui peut entrainer  des brûlures au milieu de la poitrine avec une irritation de l’œsophage, des maux de gorges et une attaque de l’émail dentaire par l’acide gastrique.

(suite…)

Interview de Lierre Keith le mythe végétarien

Interview de Lierre Keith le mythe végétarien

Si il y a bien un livre que je vous recommande c’est bien Le Mythe végétarien. Lierre Keith à été végétalienne durant 20 ans ! Témoignage poignant et authentique c’est une femme qui sait de quoi elle parle et son livre aborde le problème du végétarisme sous tout ces angles (politiques, morales, santé, écologie ect). Sujet très polémique et dans une époque ou les régimes végétariens ont le vent en poupe se livre pourrait bien changer votre perception des choses…

(suite…)

Causes et signes cliniques de l’hypothyroïdie

Causes et signes cliniques de l’hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est une maladie très fréquente qui touche plus les femmes que les hommes. Selon les statistiques 10% de la population serait concernée. Le risque de développer un trouble thyroïdien augmente avec l’âge (surtout après la ménopause). 80% des cas sont causés par une maladie auto-immune : la thyroïdite d’Hashimoto… . Cette maladie induit une destruction de la glande par le système immunitaire qui n’est plus capable de reconnaître le soi du non soi. Le reste des cas d’hypothyroïdie s’explique souvent par des carences en micro-nutriments,  des intoxications, un terrain inflammatoire, certains régimes ou encore un épuisement généralisé. Les signes cliniques de l’hypothyroïdie sont facilement repérables.

Malheureusement beaucoup de gens atteints de trouble thyroïdien passent à côté du diagnostique mal grès l’évidence des symptômes cliniques. C’est le cas des hypothyroïdies frustes comme nous allons le voir.

(suite…)

La prolifération bactérienne intestinale de l’intestin grêle ( SIBO )

La prolifération bactérienne intestinale de l’intestin grêle ( SIBO )

Dans cet article nous allons parler d’une pathologie très courante que les anglais nomment  » SIBO  » pour small intestinal bacterial overgrowth ( Prolifération bactérienne de l’intestin grêle ). La SIBO se caractérise par un ensemble de symptômes que les médecins regroupent sous le terme de syndrome du colon irritable (ou colopathie fonctionnel). En réalité la majorité des personnes souffrant de le syndrome sont en fait atteint par un excès de bactérie dans l’intestin grêle voir le duodénum et l’estomac.

La prolifération bactérienne du grêle se détecte avec un teste simple ( Je vous renvoi vers mon article  » Mesures des gazes expirés et dysbiose  » )

Pour comprendre cette pathologie rappelons quelques notions de physiologie. Le premier segment du tube digestif débute par la bouche, l’estomac et le duodénum qui sont les premiers stades de la digestion. Dans un premier temps les aliments sont mastiqués et imprégnés de salive riche en enzymes débutant la digestion des amidons et des lipides. Puis les aliments se retrouvent dans l’estomac ou l’acide chlorhydrique et la pepsine découpent les protéines en peptide. L’acide chlorhydrique décontamine le bol alimentaire des bactéries et virus pathogènes. C’est une première barrière contre les agresseurs extérieurs. Un estomac sain ne contient donc pas de bactérie.  Les aliments continuent leurs chemin vers le duodénum ou sera déversé la bile et les enzymes pancréatiques pour continuer le découpage des amidons, protéines et lipides en molécules simples. L’intestin grêle est une zone d’absorption. Les entérocytes sécrètent (cellules intestinales) aussi des enzymes qui  terminent la digestion des aliments qui sont ensuite absorbés dans la circulation sanguine. L’intestin grêle est un lieu de transite rapide qui ne permet normalement aucune stagnation des aliments et donc aucune fermentation. Un intestin grêle contient physiologiquement peu de bactérie. Seule les résidus non absorbés finissent dans le colon qui contient des milliards de bactéries anaérobies. Les bactéries prennent en charge ces résidus non absorbés et produisent des gazes, de l’alcool et des acides gras à courtes chaines.

Une petite fermentation physiologique dans le colon est donc normale. Le problème arrive lorsque un excès d’aliment n’est pas absorbé. Dans cette situation les bactéries qui ont beaucoup à mangé finissent par proliférer dans l’intestin grêle. Cela engendre une flore bactérienne anaérobie dans une zone sensible. Une prolifération bactérienne dans l’intestin grêle va engendrer de nombreux symptômes plus ou moins visible pour l’individu atteint mais surtout une perturbation profonde de l’immunité sur du très long terme. En effet les bactéries forment des biofilms sur les muqueuses (associations de bactéries adhérents à une surface formant une couche visqueuse protectrice résistante aux antibiotiques). Les bactéries seront les premières à profiter des nutriments arrivant dans la lumière digestive induisant des carences. L’agression des villosités intestinales par les toxines fragments bactériens entraînent une ouverture des jonctions serrés et une perméabilité intestinale par l’intermédiaire de la zonuline (protéine régulant l’ouverture des jonctions sérrées). Les LPS gagnent alors les ganglions sous muqueux ce qui engendre une réponse immunitaire inflammatoire (qui devient chronique).

L’hyperperméabilité ne touche pas seulement l’intestin mais aussi l’ensemble des autres barrières : poumons, hémato-encéphalique (toujours à cause de la zonuline stimulé par les toxines et lps). L’inflammation d’origine digestive s’étend à l’ensemble du corps. Les barrières perméables permettent le passage de protéines non digérées (caséine, gluten), de virus, de bactéries, de levures.

Notre supériorité face aux bactéries c’est notre capacité à absorber plus vite les précieux nutriments. Lorsque des biofilms agressifs envahissent l’étage supérieur notre capacité d’absorption diminue, notre immunité s’effondre et l’inflammation chronique s’installe.

Voyons maintenant les symptômes engendrés par une prolifération anormale de bactérie :

  • Ballonnements , flatulences
  • Douleurs abdominales
  • Diarrhée
  • Constipation
  • Reflux gastro-œsophagien
  • Nausée

Voici une liste non exhaustive des possibles conséquences sur la santé :

  • Inflammation des muqueuses et porosité intestinale
  • Carences par mauvaise absorption des nutriments ( vitamine A, D, Zinc, Fer , omega 3 ect)
  • Production importante de toxines bactériennes ( LPS )
  • Perturbation hormonales
  • Stéatose hépatique par accumulation d’alcool et d’acide gras à courte chaine produit par la fermentation des sucres.
  • Allergies alimentaires et diverses
  • Perturbations immunitaires par un passage accrus de toxine, virus, peptide ( caséine, gliadine ) dans la circulation sanguine
  • Acné , eczéma, rosacée
  • Obésité
  • Dépression , anxiété
  • Migraine
  • Baisse immunitaire avec expansion virale.
  • Arthroses, tendinites..
  • Risque de maladie auto-immune
  • Risque de cancer
  • Risque cardiovasculaire

Quels sont les causes de la SIBO :

  • Alimentations non adéquates ( industriels, riche en sucres fermentescibles )
  • Infections virales chroniques par des herpes virus causant une abrasion des muqueuses et une paralysie progressive du système digestif ( ce qui engendre une mauvaise vidange gastrique, une constipation terrain idéale pour l’expansion des bactéries pathogènes.
  • Infections bactériennes ou parasitaires
  • Hypochlorhydrie : Le manque d’acide chlorhydrique empêchera la désinfection du bol alimentaire et favorisera grandement la sibo. Les inhibiteurs de la pompe à protons ( Anti acide comme oméprazole ) diminue grandement la production d’acide, la prise à long terme de ce type de médicament entraine une modification de la composition bactérienne ( avec risque d’obésité et carence )
  • Grignotage avec suppression du complexe inter digestif migrant qui est une onde péristaltique repoussant les bactéries vers le colon et ayant une action de nettoyage des intestins.
  • Insuffisance pancréatique exocrine : Dans ce cas une grande quantités d’aliments n’est pas digéré ce qui engendre inévitablement de grosse fermentation.
  • Vieillissement de l’intestin grêle
  • Hypothyroïdie
  • Antibiothérapies fortes et répétitives
  • Utilisation excessif des huiles essentiels et de l’argent colloïdal
  • Chimiothérapie ( Qui tue toute les cellules à division rapide ce qui est le cas des entérocytes s’en suit alors une malabsorption importante )
  • Sport intense, sur entrainement 
Les incroyables bénéfices de la vitamine D

Les incroyables bénéfices de la vitamine D

On l’appelle la vitamine du soleil car sa synthèse se fait grâce à l’action des rayons ultraviolets (UVB) sur une peau découverte. Une fois la peau exposée aux rayons UVB la vitamine D est synthétisée par l’action d’un dérivé du cholestérol endogène. Elle doit ensuite passer par le foie et les reins pour être convertie en forme active. La vitamine D est stocké dans les muscles, le tissus adipeux, le foie et les reins. On estime que la synthèse de vitamine D par les rayons UVB du soleil se fait de avril à septembre en France. En dehors de cette période l’alimentation peu apporté de petite quantité de vitamine D mais souvent trop insuffisante pour maintenir un taux adéquate et obtenir tout les bénéfices santé d’un taux optimal.

(suite…)