FUT2:Découvrez comment vos gènes influencent votre microbiote 🧬

FUT2:Découvrez comment vos gènes influencent votre microbiote 🧬

🧬 Depuis l’avènement de la métagénomique la possibilité d’étudier le microbiote via le séquençage de nos bactéries digestives, à permis de nombreuses avancées dans la compréhension de cet organe à part entière qu’est le microbiote. Nous savons aujourd’hui que notre santé est directement liée à la qualité de cet écosystème digestif et qu’une mauvaise flore est associée à de nombreux troubles tels que la dépression, les maladies auto-immunes, l’hypothyroïdie, le syndrome métabolique et maladies cardio-vasculaires, le diabète et même les cancers. Ce constat amène donc les chercheurs à comprendre les facteurs qui interviennent dans le développement d’un microbiote protecteur ou pathogène.

🧑‍🔬Récemment une équipe de chercheurs a découvert la présence d’un gène nommé FUT2 qui est impliqué dans le codage d’une enzyme permettant la fabrication d’un prébiotique: le fucosyllactose. Ce prébiotique présent en grosse quantité dans le lait maternel est un oligosaccharide qui va nourrir différentes populations de bactéries « amis » favorisant ainsi l’élaboration d’une flore riche, diversifié et protectrice. Le fucosyllactose va aussi permettre la production d’un mucus de qualité. Or comme le rappel Steven Gundry dans son livre le paradoxe des plantes l’élaboration d’une barrière digestive de qualité dépend notamment de la qualité des bactéries et du mucus qui tapisse nos muqueuses. En effet le mucus hydrate les muqueuses, piège les bactéries pathogènes et lectines des plantes, maintient une distance entre les micro-organismes et l’épithélium intestinal et sert de nourriture à nos précieuses bactéries.

Malheureusement il existe un polymorphisme sur le gène FUT2 et 20% de la population ne va pas exprimer l’enzyme qui fabrique le fucosyllactose. Pour savoir si vous être excréteur ou non excréteur il existe maintenant un test génétique simple qui nécessite simplement un échantillon de salive ou de sang (laboratoire lims-mbnext.be, ~ 59€ à faire une fois dans la vie). La conséquence de cette mutation est que les non-excréteurs auront une tendance à développer plus facilement des dysbioses (ballonnements, reflux, troubles du transit, douleurs abdominales) et maladies en lien avec un mauvais microbiote. Ces personnes auront aussi beaucoup plus de mal à se rétablir après une agression de la flore (antibiotique, IPP, huiles essentielles, argent colloidal, gastro entérite, intoxication alimentaire, alimentation industrielle, pesticide, etc)

➡️ Face à cette problématique certains laboratoires ont développé des compléments alimentaires à base de fucosyllactose pour pallier à ce déficit. Le laboratoire métagénics avec Fucodyn ou encore le laboratoire nutrixeal avec Prebiolife . Cette complémentation devra logiquement être maintenue (ou prise en cure régulière) pour continuer d’alimenter et d’enrichir les bactéries commensales bénéfiques. Il faut plusieurs mois de supplémentation pour commencer à percevoir les améliorations. Inutile de rappeler que la complémentation seule ne suffit pas et qu’il faut adopter une alimentation saine en parallèle.

Ce polymorphisme qui touche 20% de la population permet d’expliquer pourquoi certaines personnes ont plus de mal à se rétablir ou continuent de souffrir de troubles digestifs et pathologies inflammatoires mal grès les prises en charges traditionnellement utilisées en naturopathie et médecine fonctionnelle. Le point positif c’est qu’il est maintenant possible de contre balancer ce déficit par l’apport de prébiotique naturel spécifique. 😉

 

TEST : Êtes-vous concerné par l'hypothyroïdie ❓

L'huile de foie morue : le remède oublié 🐟

Microbiote inflammation et dépression

Microbiote inflammation et dépression

L’intestin est maintenant considéré comme le deuxième cerveau. Saviez-vous que 80% des communications se font des intestins au cerveau? seulement 20% des connections vont donc du cerveau aux intestins. Ce constat amène la communauté scientifique à étudier de prêt l’influence du système nerveux entérique et du microbiote intestinale sur le comportement, l’humeur, l’immunité, le métabolisme. On sait maintenant que beaucoup de neurotransmetteurs et hormones sont en grande partie fabriqués dans le tube digestif. C’est le cas de la sérotonine: 95% est produite par le système nerveux entérique. La sérotonine joue un rôle important dans l’état de bien être et de relaxation. Elle permet aussi le bon fonctionnement du transit intestinale.

Les bactéries sont capables de communiquer avec le cerveau en synthétisant des neurotransmetteurs (voie nerveuse), neuropeptides (voir endocrinienne), métabolites (voie sanguine). Dans un état d’équilibre les bactéries nous aident et sont bénéfiques. Certaines synthétisent de la sérotonine, du gaba ou encore de la mélatonine. Mais lorsque le microbiote est perturbé et qu’une malabsorption s’installe certaines populations de bactéries pathogènes prolifèrent et entravent la production normale de sérotonine. C’est le cas des bactéries de la famille des firmicutes impliqués dans la production de méthane.

 

Un des moyens de mesurer la présence de certaines populations bactériennes est le test aux gaz expirés qui évalue la quantité d’hydrogène, de méthane et de methylacétate dans l’haleine. Les chercheurs se sont aperçus que les individus excréteurs de méthane souffrent significativement plus de constipation, d’anxiété et de maladies métaboliques (obésité) que les non excréteurs. Les bactéries méthanogènes sont capables d’extraire beaucoup de calories à partir des résidus non absorbés comme la cellulose, hémicellulose. Cela génère une production importante d’acide gras à courtes chaines facilement réabsorbés et stockés autours des organes (foie, pancréas, cœur, reins). Cette graisse viscérale inflammatoire favorise les maladies métaboliques: obésité, hypertension et maladies cardiovasculaires. Les bactéries méthanogènes sont des bactéries anaérobie qui vivent normalement en quantité réduite dans le côlon. En cas de malabsorption et de dysbiose (déséquilibre du microbiote) les bactéries méthanogènes sont susceptibles de proliférer dans l’intestin grêle en libérant de grande quantité de LPS (lipopolysaccharide). Ces fragments bactériens (lps) ont la capacité de traverser la barrière intestinale (la rendant poreuse) et d’engendrer une forte stimulation immunitaire avec réaction inflammatoire. D’autre part les bactéries méthanogènes sont équipés de tryptophanase, une enzyme capable de dégrader le tryptophane (les bactéries méthanogènes en ont besoin pour se développer), or le tryptophane est le précurseur de la sérotonine, une carence en tryptophane induit un déficit en sérotonine et donc de l’anxiété voire de la dépression.

Ainsi certaines études montrent une baisse de la sérotonine post prandial chez les personnes qui excrètent beaucoup de méthane. C’est sûrement par ce biais que la présence de méthane est aussi corrélée à la constipation. Pour finir les fragments bactériens (LPS) issue des bactéries gram négatif induisent une perméabilité des barrières: intestinales, gingivales (parodontite) et hémato-encéphalique.

De plus en plus d’études suggèrent que le microbiote joue un rôle majeur sur la régulation de nos états émotionnels, le microbiote régule aussi l’état inflammatoire du corps. La première chose que doivent faire les personnes atteintes de dépression, d’anxiété ou de maladies inflammatoires est de soigner leurs intestins! Le microbiote est le carrefour de notre santé 🙂

>>> Allez plus loin dans la compréhension de votre santé avec mes vidéos de formation <<<

 

Le syndrome de l'intestin perméable

Faut-il arreter de manger la viande rouge?

Mesure des gaz expirés et dysbiose, au cabinet à Saint-Rémy-de-Provence

Mesure des gaz expirés et dysbiose, au cabinet à Saint-Rémy-de-Provence

L’état de notre microbiote détermine notre santé. Un microbiote altéré est associé à des problèmes métaboliques (obésité, maigreur, hypertension, diabète, athérosclérose), psychique (trouble de l’humeur, dépression), inflammatoire(arthrose, tendinite, maladie auto-immune: sclérose en plaque, thyroïdite), digestif (constipation diarrhée, reflux, ballonnements). La qualité de nos muqueuses et de notre microbiote est donc le carrefour de notre santé, il est donc logique de l’entretenir ou de le restaurer quand celui-ci est abîmé.  Certains outils modernes permettent de détecter la dysbiose (déséquilibre des bactéries) en mesurant les gaz expirés émis par les bactéries digestives et expulsées par l’haleine. C’est le cas du détecteur de gaz MX6 de la société Gaz detect.

gaz dysbiose

(suite…)